Le cuir dans tous ses états – Partie 1 : Le tannage

C’est une chose formidable que de fabriquer et commercialiser des articles en cuir. Cependant, en discutant avec des clients, je me rends compte que peu d’entre eux savent vraiment ce qu’ils achètent. Je vais donc essayer d’éclairer la lanterne des lecteurs au travers de cet article. Je l’ai séparé en trois parties pour rendre la lecture plus aisée.

Le cuir est un matériau naturel complexe et diversifié. Je vais présenter les plus courants dans le commerce et vous expliquer leurs différences. Selon moi, les trois propriétés principales d’un cuir sont sa méthode de tannage, son traitement de surface et sa finition. Il est sûr que l’animal d’origine a une grande importance, mais je juge qu’il sera plus intéressant d’en parler dans un article séparé.

Le tannage, kesako?

Il s’agit du procédé par lequel on transforme la peau de l’animal en cuir. On trempe cette peau dans différentes substances, appelées tannins, pour la rendre imputrescible afin de pouvoir la conserver. Il en existe une grande variété. Je n’aborderai que les plus courants pour ne pas m’étendre.

Le tannage au chrome : rapide, efficace et souple

C’est la méthode de tannage la plus commune. Selon les chiffres, elle représente de 85% à 90% de la production de cuir dans le monde. C’est un procédé très rapide permettant de tanner des peaux en vingt-quatre ou quarante-huit heures. Il répond donc le mieux aux exigences contemporaines de productivité et de coût. On obtient un cuir souple et léger, idéal pour les vêtements, la chaussure, l’ameublement et certains articles de maroquinerie.

Stephane Bourriaux - Atelier Phi - Cuir au chrome
Cuir de veau tanné au chrome.
On devine la souplesse du matériau.

Cependant, les rejets de ce type de tannage sont polluants et toxiques. En Union Européenne, les tanneries et mégisseries n’ont pas le choix d’installer des bassins de décantation pour récupérer les effluents afin de les traiter et de les neutraliser. Hélas, ce n’est pas le cas dans de nombreux pays producteurs de cuir.

Le tannage au végétal : les meilleures choses prennent du temps

Le deuxième tannage le plus courant est le plus ancien encore utilisé couramment de nos jours. Il fait appel à des extraits végétaux (bois de chataîgner, extrait de québracho, écorce de chêne, mimosa, sumac etc.) pour transformer la peau en cuir. Il est très long – de plusieurs semaines à dix-huit mois, ce qui le rend couteux. Il donne un cuir ferme, dense et durable de couleur chair avec des teintes allant du doré au rougeâtre. Malgré un prix plus élevé, il est très prisé pour la maroquinerie de luxe, les semelles et les tiges de souliers en cuir haut de gamme et la sellerie.

Cuir de vachette tanné au végétal.
Le cuir n’est pas teint et on peut voir sa couleur naturelle.

Atelier Phi utilise essentiellement des cuirs tannés au végétal. D’abord car c’est une question de conviction écologique. Ensuite, parce que leur propriétés sont celles qui correspondent le mieux aux créations fabriquées par l’entreprise.

Le tannage synthétique : Tanne plus blanc que blanc

On utilise, ici, des composés synthétiques ayant des bases aminées (mélamine par exemple). La particularité des cuirs tannés aux tannins synthétiques est qu’ils sont blancs. Cela en fait le matériaux de prédilection pour les articles en cuir blancs comme les souliers de sport, les canapés et les vêtements.

Cuir de veau tanné au synthétique.
On peut voir que le coté chair (en haut) est plus blanc que du cuir végétal naturel.

Le double tannage : le meilleur des deux mondes

On combine deux types différents de tannage pour allier leurs propriétés. Le plus courant,   et intéressant, consiste à commencer à tanner la peau au chrome et terminer au végétal. On obtient un cuir avec une fermeté intermédiaire entre les deux et l’utilisation du chrome permet de réduire considérablement le temps. Ce tannage mixte chrome/végétal est souvent utilisé pour des dessus de chaussure de luxe comme les Country Boots ci-dessous.

Atelier Phi - Stéphane Bourriaux - Country Boots Jacques et Demeter
Superbes Country Boots ébène de chez Jacques & Demeter Paris.
Le dessus est fait en cuir double tannage Suportlo de la tannerie Degermann

La suite au prochain épisode!

Je viens de parler des quatre tannages les plus communs. Il n’y en a pas forcément un meilleur que les autres. Chacun est destiné à un usage et une catégorie de prix différents. Faire de la sellerie avec du cuir au chrome n’a aucun sens, tout comme utiliser du cuir à semelle au végétal pour faire un manteau. Le cuir est un matériau aussi ancestral que le bois, et comme celui-ci présente des applications qui touchent une infinité de domaines.

Le tannage n’est que le premier épisode de la trilogie. Il reste encore deux étapes pour être capable d’identifier et de choisir un cuir qui convienne au besoin de chacun. La suite, au prochaine épisode : le surfaçage du cuir.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *